Aujourd’hui tout devrait avoir la couleur et la senteur d’une rose rouge…. si cela doit être, un jour dans l’année, c’est bien celui-ci…
Je pense malheureusement que chacun traduit sa façon d’aimer à sa manière…
J’en ai eu la preuve avec mon propre père, qui devait certainement m’aimer puisque je n’étais qu’un aboutissement de lui-même… le seul souci est qu’il n’a jamais su trouver les gestes, les mots…
Mon regard fuyant, ma peur de son ombre penchée sur moi, le bras levé, ne jouaient pas en ma faveur… plus vous montrez de la frayeur dans vos yeux, plus vous êtes recroquevillés dans un coin dans une position foetale, plus le porteur de coups se sent fort et s’obstine à vous enfoncer dans le trou que vous creusez chaque jour… pour disparaître…
J’ai voulu disparaître tant de fois… pour être si petite, pour qu’on m’oublie….
Manon a beaucoup de moi… elle n’a pas subi la violence d’un père, juste la « violence » de sa naissance… qu’elle doit porter, comme un fardeau.. une différence…
Sa peur des autres est quantitative à celle que j’avais de mon père… je le sais, je le sens… dans mes tripes, dans mon coeur… Je sais qu’elle fait beaucoup d’effort pour vivre dans l’enceinte de l’école sans trop de soucis… elle joue seule dans la cour, est discrète… elle préfère…
Petite, je vous disais, quand on est une proie facile… il faut se faire petite…
Ce midi elle a attendu qu’on soit dans la voiture, loin des « oreilles » des mamans que je cotoie le midi devant le portail de l’école… pour me parler… doucement…
Zoé m’a montré le cadeau offert par son Valentin, son meilleur ami, Yohann…. toute heureuse… elle aussi avait son petit cadeau pour lui ce matin, précieux, fragile….
Manon m’a soufflé qu’elle ne risquait pas d’avoir de Valentin un jour….
J’ai senti une boule dans ma gorge, dès lors que j’ai démarré la voiture….
Manon est retournée à l’école ce matin, encore fragilisée par sa grippe, mais rétablie…
Elle ne court pas vite depuis toujours, sa foulée est très lente… on le sait, on vit avec…
Elle est souvent éloignée des autres dans la cour de récré, à regarder le ciel, à se prendre pour un dragon….
Ce matin, trois garçons de sa classe avaient décidé de faire la chasse au dragon…
Elle a juste eu le temps d’entendre « elle est là, venez les gars!!!! », quand une corde est venue la bloquer au niveau du cou tel un lassot…
Il était trop tard pour se rapprocher des instits… généralement installés près du portail….
Ils ont serré fort, elle a pleuré car son cou lui faisait mal…
Ils ont admis qu’il fallait baisser la corde et lui serrer le ventre, le plus fort possible…
Elle a tenté de se défaire mais le troisième a sorti une autre corde et lui a ligoté les pieds… la faisant chanceler….
La récré dure 30 mns…
Manon est restée attachée 15 mns… selon elle…
Elle ne pouvait pas crier… ils lui ont dit que sinon ils serraient au cou…
Nous venons de parler durant le repas… je demande toujours à ma fille de bien m’expliquer pour ne pas rentrer dans des excès si chers à ma personnalité…
Elle dit traîner le pas pour aller à l’école et que sa grippe ne guérit pas car son corps a peur…
Manon a toujours été très bizarre… et effrayante dans ses explications…
Je suis mal…
Je repars pour l’école dans 15mns….
J’ai appelé mon mari pour savoir si je devais attendre qu’il soit avec moi ce soir à la sortie de 17h, pour me freiner, ou si je pouvais devenir la Uma Thurman cachée en moi…
J’ai quartier libre…
Je peux vous dire que ça va chauffer….
Publicités